8 mars – journée internationale de luttes pour les droits des femmes

Share

affiche_webLES SORCIÈRES CONTRE-ATTAQUENT

Pourquoi a -t-on voulu faire taire les sorcières ?          
Parce que les sorcières étaient des femmes….

Mais ces sorcières sont indépendantes

Ces sorcières sont autonomes

Ces sorcières sont rebelles

Elles ne veulent plus être invisibles, dominées, opprimées, discriminées, …

Elles ne veulent pas marcher droit, au pas de guerre, au pas de l’oie,

Elles savent, elles peuvent, elles parlent, elles dansent , elles jouissent, elles vivent, et elles veulent …..

l’égalité entre toutes et tous

Mardi 8 mars 2016

BAL DES SORCIÈRES ! 

NICE – Place Masséna – 19 h (angle Masséna/Gioffredo)

Chantons, dansons, sautons, pour faire entendre les voix des femmes qui luttent pour l’égalité et contre les violences

Partageons un philtre pour l’égalité dont la recette sera divulguée

Mettons nos habits de sorcière (chapeau, balai, …)

Les femmes sont touchées par les inégalités de salaire et de retraite,
par le temps partiel subi, la précarité, elles sont majoritairement en
charge des tâches domestiques et familiales, minoritaires dans les
postes de responsabilité politique ou économique. Elles sont trop
souvent victimes de multiples formes de violences : viols, violences
conjugales, violences sexistes et sexuelles au travail, lesbophobie,
prostitution, agressions racistes, violences contre les femmes réfugiées.
Les femmes sont les premières victimes des guerres.
 
 
Les politiques d’austérité, la montée des extrêmes droites et des intégrismes
religieux provoquent des régressions :
• La loi Macron (travail du dimanche), les lois Rebsamen (suppression du rapport de
situation salariale F/H), précarisent encore plus la situation des femmes
• La diminution drastique des dépenses publiques met en danger les services publics et
touche particulièrement les femmes : menaces sur l’accueil des enfants, sur l’accès au
droit à l’IVG, sur l’accès à la prévention et aux soins
• La diminution, ou la fin, des subventions menace l’existence des associations féministes
• Les courants extrémistes ont réussi à faire enterrer les ABC de l’égalité à l’école, et
menacent le droit à l’IVG. Ils refusent la PMA pour toutes les femmes.
Le remaniement ministériel du 11 février 2016, révèle quelle place le gouvernement
accorde aux femmes : cantonnées aux enfants , à la famille ou à l’aide à autrui…


 
 























Nous exigeons :
• Une réelle politique d’égalité salariale,
la fin du temps partiel imposé, la RTT
(réduction du temps de travail) massive
pour tous et toutes
• Une politique radicale pour mettre fin
aux violences faites aux femmes (loi-cadre)
• Un véritable service public de la petite enfance et un
service public de prise en charge des personnes
dépendantes, tous deux mixtes et de qualité
• Le partage des tâches domestiques
• La parité dans toutes les instances, sphères politique,
culturelle et économique
• La liberté d’aimer qui on veut
• La liberté de circulation des personnes
• La liberté de création
• La liberté d’expression
• La liberté vestimentaire
• La liberté d’enfanter si on veut ou pas, quand on veut
• Pour toutes et tous, le droit d’asile et d’être en
sécurité, l’accès aux droits à la santé
• La lutte contre le système prostitutionnel
• L’égalité des droits entre les hétérosexuel-le-s et les
lesbiennes, les gays, les trans
• L’autonomie , le respect, l’émancipation

Le 8 mars, c’est la journée internationale de luttes
pour les droits DES femmes du monde entier !
L’origine du 8 mars s’ancre dans les luttes ouvrières et les
nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit
de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre
les hommes et les femmes.
 
Le 8 mars, ce n’est pas la journée de « La Femme« , comme les
médias se complaisent à le répéter. « La Femme » n’existe pas, c’est
un mythe! Mais il existe DES femmes, toutes différentes, qui
luttent jour après jour, année après année. Nous dénonçons la
récupération de cette journée à des fins commerciales, avec des
messages publicitaires proposant de la «fêter» par un cadeau ou
une distribution de fleurs sur le lieu de travail… sans doute pour
mieux faire oublier, le reste de l’année, l’ampleur des inégalités et
des violences qui restent à combattre !
Premiers signataires : ADN, ATTAC 06, Artisans du Monde Nice, CFDT06, CGT Educ’action, EELV 06, Ensemble! 06, Habitat & Citoyenneté, FSU 06, Mots du Monde, MRAP, Osez Le Féminisme 06, Parti de Gauche06, PCF 06, Planning Familial 06, Réseau Éducation Sans Frontières 06, Solidaires 06, SUD Education 06, Transition Alpes-Maritimes Café Court-Circuit, UD CGT 06, et des citoyen.NE.s

Initiative organisée par le Collectif Droits des Femmes 06

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *