Communiqué d’Ensemble ! – L’HORREUR

Share

Une fois de plus la France est touchée par un nouvel attentat. Notre pensée va d’abord aux victimes. Ensemble s’associe à la douleur de leurs proches.

La sidération nous frappe. Les mots, quel que soit le sentiment qu’ils expriment semblent toujours en deçà de l’événement lui-même.

Le temps est aujourd’hui au recueillement et à la solidarité. L’émotion qui nous emporte ne doit pas être utilisée pour faire accepter de nouvelles mesures de restriction des libertés dont l’expérience a montré que, mortifères pour la démocratie, elles sont inefficaces contre les attentats.

Le 15 juillet 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Condamnation d’un acte terroriste odieux.

Share

Un commandant de police et sa compagne, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, ont été assassinés.

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué cet assassinat.

Il s’agit d’un acte terroriste odieux qui ne peut qu’être condamné par toutes celles et ceux qui sont attachéEs à l’existence d’une vie démocratique dans ce pays.

« Ensemble! » prend part à la peine de leurs proches et leur adresse ses condoléances.

Après les assassinats de janvier à Paris, le meurtre de masse qui a touché la communauté homosexuelle à Orlondo, les exactions contre les populations en Irak et en Syrie, cet acte confirme qu’EI ne recule devant aucun acte barbare.

Le 14 juin 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Solidarité avec la communauté homosexuelle.

Share

« Ensemble! » s’associe à la douleur des parents et proches des victimes de l’attaque terroriste qui a visé une boite de nuit fréquentée par la communauté homosexuelle, à Orlando (USA).

C’est clairement un attentat homophobe perpétré en pleine période d’initiatives destinées à célébrer les fiertés LGBT.

L’auteur de cette tuerie, Omar Mateen, aurait fait état de son allégeance à l’organisation « Etat islamique ». Et, de son côté, l’EI, qui défend une vision du monde réactionnaire et totalitaire, aurait revendiqué cet attentat.

L’homophobie doit, plus que jamais, être combattue sans concession. Cela souligne l’importance cette année de participer massivement à la Fête des Fiertés.

« Ensemble! » réaffirme son soutien à la communauté homosexuelles, condamne toute les agressions homophobes et s’associe aux initiatives de solidarité qui auront lieu.

Le 13 juin 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Valls dégage, la loi travail on n’en veut pas.

Share

300 000 personnes ont manifesté le 26 mai pour le retrait de la loi travail à l’appel de l’intersyndicale et des organisations de jeunesse. C’est un succès.

« Ensemble! » dénonce les violences policières et les arrestations arbitraires qui ont eu lieu aujourd’hui à Paris et dans plusieurs villes.

La montée en puissance des blocages, des barrages, de la grève dans des secteurs névralgiques de l’économie, comme les raffineries, les dépôts de carburant, les ports, les transports, les centrales nucléaires et thermiques fracture la cohésion gouvernementale.

En cause, l’article 2, celui qui est la charpente du texte de loi puisqu’il institue l’inversion des normes et donc le dumping social.

Bruno Le Roux et Michel Sapin qui envisageaient une réécriture de cet article 2 ont tous les deux été sèchement recadrés par M. Valls, droit dans ses bottes, comme A. Juppé en 1995.

Ni retrait, ni réécriture dit M. Valls de façon péremptoire, tout en rajoutant qu’il peut y avoir des modifications, sans savoir lesquelles.

Malgré les incessants reportages dans les médias sur les automobilistes à la recherche d’essence, majoritairement l’opinion publique, selon un dernier sondage, est contre la loi travail et fait porter sur le gouvernement la responsabilité des blocages.

Ce gouvernement est en pleine déroute et bloque par son entêtement toute solution à la crise sociale et politique en cours.

La généralisation des grèves et blocages, la convergence des luttes, la jonction entre Nuits debout et salariéEs : tout cela doit continuer et s’amplifier jusqu’au retrait de la loi travail.

Nous voulons un code du travail protecteur des droits des salariéEs pour le 21e siècle, pas d’un retour au 19e.

Valls doit démissionner et la loi travail être retirée.

Le 26 mai 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Inadmissible cette escalade des violences policières !

Share

Comment répond le gouvernement à l’opposition majoritaire de la population à sa loi travail ?

Dans l’enceinte parlementaire par l’article 49.3 qui censure tout débat démocratique, pour masquer son absence de majorité.

Dans la rue, sur les barrages de grévistes, par des violences policières inadmissibles. Et par l’interdiction de manifestation pour des animateurs-trices du mouvement social.

Violences à Fos-sur-Mer où les grévistes, après la levée du barrage, sont pourchassé-es dans les rues, la Bourse du travail étant en état de siège.

Violences des interpellations qui se répètent à chaque manifestation, et notamment le 1er mai, dans les rues de Paris, Lille, Nantes, Rennes : manifestant-es frappé-es, trainé-es par terre !

A Fos-sur-Mer, deux salarié-es, dont l’un grièvement blessé, ont été les victimes d’un automobiliste qui a foncé sur un barrage.

A chaque fois, ce sont gazages massifs, utilisation répétée d’armes présentées comme non-létales mais qui blessent gravement, comme cet étudiant rennais qui a perdu un oeil suite à un tir de flash-ball, tirs tendus malgré leur interdiction.

Nombreux sont les témoignages sans aucun effet sur le comportement de la police.

Les forces de police n’hésitent pas à procéder à des arrestations arbitraires. C’est ce qui est arrivé, par exemple, à un camarade d’Ensemble!, syndicaliste CGT du secteur de la petite enfance à la ville de Paris, hier. Blessé à la tête, ce qui lui vaut 4 jours d’ITT, il est accusé de « lancement de projectiles », ce qu’il conteste.

Les méthodes musclées de maintien de l’ordre, dictées par le gouvernement, ont un but : pourrir les manifestations, décourager la participation populaire, réduire à néant le droit de manifester, criminaliser le mouvement social.

Pour « Ensemble! », ces violences policières sont indignes d’un état de droit. Nous les condamnons.

Nous exigeons l’abandon des armes dangereuses comme les flash-ball, la libération des manifestant-e-s arrêté-e-s.

Le 27 mai 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Non au coup d’état d’Erdogan ! Solidarité avec le HDP !

Share

Le parlement turc a voté une réforme constitutionnelle permettant la levée de l’immunité des députés HDP, ouvrant la voie aux condamnations à venir des députés du HDP (Parti démocratique des peuples) par une justice  sous la houlette du pouvoir autoritaire du président Erdogan.

Ces condamnations signifieront la fin de toute apparence même de démocratie parlementaire en Turquie et la fermeture de tout espace politique significatif pour le mouvement kurde, les forces révolutionnaires et démocratiques. Le gouvernement turc est résolument engagé dans la voie de la guerre civile dont il porte la responsabilité et d’une sanglante fuite en avant.

Les gouvernements européens, le gouvernement français, portent une lourde responsabilité dans cette évolution en ayant conforté le régime d’Erdogan à chaque étape, en particulier à travers l’odieux marchandage pour le refoulement des migrants en Turquie.

Les félicitations des dirigeants français à Erdogan et ses acolytes ont aujourd’hui un écho macabre. F. Hollande , vous ne pouvez pas traiter le gouvernement Erdogan comme s’il était démocratique. Ce crétinisme cynique doit prendre fin ! Les marchandages avec Erdogan sur le dos des migrants doivent immédiatement prendre fin ! Tout doit être mis en œuvre contre la mise hors-la-loi du HDP et de ses élus!

Face au régime d’Erdogan et à ses complices gouvernementaux en Europe, « Ensemble! » adresse toute sa solidarité à nos camarades du HDP qui ont refusé de se mettre à genoux.

Le 20 mai 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Brésil : soutien aux mobilisations

Share

CLR_etoiles

Les secteurs les plus conservateurs de la société brésilienne ont remporté une victoire. Le Parlement et le Sénat ont voté la destitution de la présidente Dilma Rousseff pour six mois au mépris de la Constitution, alors qu’aucune preuve de « crime  de responsabilité » n’a été apportée.

Les représentants de l’oligarchie et du grand capital financier, pour beaucoup impliqués dans des affaires de corruption, ont utilisé les institutions pour provoquer la chute d’une présidente démocratiquement élue.

Comme au Honduras en 2009 et au Paraguay en 2012, les parlementaires ont réalisé un coup d’Etat institutionnel.

Le pays subit les effets de la chute des prix des matières premières et de la récession. Mais face à la crise économique qui frappe durement le Brésil, le gouvernement de Dilma Rousseff a mis en œuvre une politique d’austérité (gel des salaires dans le service public, coupes budgétaires dans le secteur de la santé et de l’éducation..) contraire à ses engagements électoraux. Cette politique a désorienté les secteurs populaires et facilité l’offensive de la droite.

“Ensemble!” condamne le gouvernement illégitime de Michel Temer, lié au capital financier et à l’agrobusiness, un gouvernement exclusivement masculin dont 11 des 22 ministres sont accusés de corruption .

“Ensemble!” est solidaire des jeunes et des salariéEs qui se mobilisent pour résister aux mesures anti-sociales des « putschistes parlementaires ».

Le 17 mai 2016

Communiqué d’Ensemble ! – Gouvernement : les femmes à la maison !

Share

CLR_etoilesLe gouvernement a une nouvelle fois redistribué les cartes, et nous ne pouvons qu’observer une régression pour les droits des femmes. Certes, la parité est respectée tant pour les ministres que pour les secrétaires d’État, et c’est bien la moindre des choses. Mais c’est visiblement à cela que se résume l’égalité hommes-femmes pour le gouvernement !

En effet, la répartition des attributions reflète les stéréotypes sociaux car est réservé aux femmes tout ce qui relève de la famille, des enfants, des personnes âgées ou handicapées, de l’aide aux victimes, du soin, de la lutte contre l’exclusion, de l’éducation, et en résumé du mieux vivre ensemble , écologie, climat, logement, consommation

Après avoir supprimé le ministère des droits des femmes au profit d’un simple secrétariat d’état, voici le temps du regroupement des droits des femmes avec la famille et les enfants. On ne peut pas être plus clair sur la place que ce gouvernement attribue aux femmes dans la société.

Les droits des femmes sont pourtant transversaux à toutes les questions : politiques, économiques, écologiques, et ne sauraient être relégués à la sphère familiale et à l’aide à la personne.

Le mouvement féministe se bat depuis des décennies justement pour que les femmes puissent s’émanciper du rôle de mère et d’épouse, et aient les mêmes droits, les mêmes opportunités, les mêmes possibilités, tant sociales que professionnelles, que les hommes.

« Ensemble! » , mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire, qui fait de l’émancipation et de l’égalité ses boussoles, continuera à se mobiliser avec les associations de défense des droits des femmes contre ce patriarcat archaïque qui refuse de laisser aux femmes leur juste place à tous les niveaux de la société.

Le 13 février 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Grâce accordée à Jacqueline Sauvage

Share

CLR_etoilesFrançois Hollande a finalement décidé d’utiliser son droit de grâce pour accorder une remise gracieuse de peine à Jacqueline Sauvage. Il aura fallu la mobilisation de 450 000 personnes par pétition.

Évidemment, nous ne pouvons que nous réjouir de cette décision qui libère une victime de la violence patriarcale mais le combat doit continuer,car la vie de Jacqueline Sauvage n’est malheureusement pas une « situation humaine exceptionnelle » comme l’a dit le chef de l’État mais le quotidien de trop de femmes. Lire la suite

Communiqué d’Ensemble ! – Maintenant construire l’alternative à gauche

Share

CLR_etoilesUn sursaut a eu lieu pour barrer la route au FN.

De nombreux électeurs, notamment à gauche, se sont mobilisés pour empêcher le Front National d’emporter des régions. C’est un soulagement pour des millions de personnes. Le second tour des élections régionales a été marqué par une participation plus importante avec 4 millions d’électeurs supplémentaires qui se sont rendus aux urnes. Mais cela ne doit pas masquer l’ampleur de la crise politique que traverse le pays, le désaveu qui touche les institutions et les partis politiques. Lire la suite