Communiqué d’Ensemble ! 06 – Toutes et tous ensemble, debout pour exiger le retrait de la loi travail

Share

70% de la population rejette ce projet de loi mais Hollande et Valls s’obstinent, n’entendent pas leur gauche et refusent de le retirer.

Le gouvernement tente de désamorcer la mobilisation avec quelques rectifications.

Mais le fond du projet reste le même : l’inversion des normes en faveur de l’accord d’entreprise, la banalisation des licenciements économiques, la démolition du code du travail et des éléments de protection des salarié-e-s face au patronat ; un avenir fait de précarité généralisée pour toutes et tous, en particulier pour les jeunes !

Aux journées de grève et aux manifestations, ont succédé les Nuits debout qui rassemblent dans un nombre grandissant de villes, à Nice et partout en France des centaines ou des milliers de participant-e-s.

Ainsi, non seulement le mouvement enclenché le mois dernier tient bon malgré les manœuvres de diversion, mais il s’élargit et s’approfondit.

A l’exigence de retrait de la loi travail s’ajoute la volonté de se réapproprier les places publiques et d’exiger une démocratie réelle comme à Tunis et au Caire en 2011 puis à Barcelone, à Madrid, à Athènes et ailleurs dans le monde.

C’est le refus de la résignation et le signe de la volonté de prendre ses affaires en mains, de l’aspiration à l’auto-organisation et à l’autogestion qui complètent parfaitement les mobilisations pour la justice climatique et pour les droits des femmes, les mobilisations de solidarité internationale et pour une alternative aux désastreuses politiques d’austérité.

Maintenant, toutes les conditions sont réunies pour inverser le rapport de forces et pour gagner le retrait de la loi travail : comme en mai-juin 1936, en mai 1968 ou à l’automne 1995, le blocage du pays par la grève générale est à portée de mains si les assemblées générales sur les lieux de travail décident de la grève reconductible.

L’alternative à la loi travail, c’est un code du travail qui retrouve sa fonction de protection du monde du travail face à la pression patronale, c’est la réduction massive du temps de travail à 32h par semaine, sans baisse de salaire et avec embauches correspondantes : du temps pour vivre, du travail pour toutes et tous, dans la continuité de l’histoire du mouvement ouvrier.

Reprenons confiance et espoir, toutes et tous ensemble, debout, nous pouvons gagner !

Tract d’Ensemble ! 06 – Mobilisons nous jusqu’au retrait de la loi travail !

Share

Loi Travail tract 06 – 24 mars16-03-24-2-affiches-webLa pétition #LoiTravailNonMerci a dépassé le million de signatures. Le 9 mars, nous étions 500 000 dans les rues pour exiger le retrait de cette loi. Le 17 mars, la jeunesse s’est de nouveau mobilisée. Amplifions la mobilisation, jusqu’à la grande journée interprofessionnelle du 31 mars, pour stopper le gouvernement.

Dans la lignée des contre-réformes libérales précédentes, ce projet prétend, de façon mensongère et grotesque, que faciliter les licenciements permettra de créer des emplois, alors que toutes les précédentes mesures de ce type partout dans le monde ont abouti à aggraver le chômage et la précarité !
Le projet de loi El Khomri n’est qu’une arme de guerre contre l’emploi, contre le monde du travail, contre la jeunesse.
Lire la suite

Communiqué d’Ensemble ! 06 – A Nice comme ailleurs, résitances et alternatives

Share

Un autre monde est possible et nécessaire !

            ENSEMBLE! est partie prenante de la mobilisation citoyenne et syndicale pour exiger le retrait du projet de loi travail, qui n’a été modifié par le gouvernement Hollande-Valls-El Khomri qu’à la marge
Ce projet, comme celui du CPE avant lui, n’a qu’un objectif : il s’agit, sous pression du patronat et des marchés financiers, de précariser davantage encore l’emploi, d’aggraver le chômage et de boucher davantage encore l’horizon des jeunes
La mobilisation, basée sur l’auto-organisation des jeunes, doit s’approfondir et s’étendre encore, de sa jonction avec les salarié-e-s dépendra le succès du prochain rendez-vous : la grève générale du 31 mars
            Ce succès est maintenant à portée de main !

            Ce week-end aura lieu à Nice le 13e Forum Social Départemental, un moment de rencontre et d’échanges pour toutes celles et tous ceux qui n’acceptent pas les inégalités et les injustices et qui veulent changer le monde, à commencer par ici !
Dans un monde de plus en plus inégalitaire et menacé par la terreur, l’heure n’est pas à la résignation ou à la passivité, mais à la solidarité et à la mobilisation, toutes et tous ensemble !
C’est pourquoi ENSEMBLE! souhaite le plein succès du rassemblement contre la « loi travail » de jeudi et du Forum Social Départemental de ce week-end à Nice
Des résistances à l’alternative, oui, un autre monde est possible et nécessaire !

Mercredi 23 mars 2016

Communiqué d’Ensemble ! 06 – OIN : mensonge et échec

Share

logo image à la une Le mensonge est aujourd’hui patent : l' »Éco-Vallée » n’a d’écologique que le nom.

                La voie de 40 m, les zones commerciales – créées ou étendues – le transfert du MIN (Marché d’intérêt national) déplacé sur des terres agricoles pour laisser la place à un Palais des congrès, les endiguements forcenés du Var créant une artificialisation accrue du cours jusqu’en son delta : tout cela démontre combien Estrosi et la droite bétonnent la plaine du Var et se moquent complètement de la préservation des terres agricoles et des espaces naturels.

                Celles et ceux qui ont espéré qu’en donnant plus de pouvoir à l’État à travers une Opération « d’intérêt national » (OIN) la bétonisation serait évitée, en sont pour leurs frais.

L’échec de l’ambition affichée à la création de l’OIN est tout aussi flagrant.

                Où sont les « grandes entreprises » de « prestige international » qui devaient implanter leurs sièges sociaux au bord du Var ? Même les tentatives de débauchage de celles installées à Sophia-Antipolis ont échoué. L’OIN devait pourtant devenir, selon ses promoteurs, le cœur économique d’un vaste territoire méditerranéen s’étirant de Toulon à Gênes!

               Et, non content de réduire à néant la possibilité d’un vrai poumon vert à la porte de Nice, l’engouement bétonnifère des « aménageurs » aggrave les problèmes de déplacements. Leur seule réponse à ce jour comme solution à ce problème : l’affichage des dates de matches et de concerts sur les panneaux lumineux de l’A8 et de la voie rapide accompagné de ce conseil… « Prenez vos précautions »! Pourtant, les difficultés ne feront que s’aggraver à l’ouverture du MIN (en rive droite du Var) et de la zone commerciale « Ikea » du côté du stade.

                S’il est trop tard pour revenir en arrière sur ce qui a été déjà volé à la nature et à l’agriculture, exigeons de vraies mesures d’urgence pour les déplacements sans attendre la réalisation de la ligne 3 du tram, engageons la réflexion sur l’utilisation de la ligne des chemins de fer de Provence pour une desserte locale depuis le centre de Nice, avec passage en rive droite entre Nice et Carros, et sur les déplacements doux mis à mal dans l’enchevêtrement de multiples voiries routières et autoroutières.

            Il n’est pas trop tard pour réaffirmer qu’un autre aménagement, écologique, agricole et démocratique de la plaine du Var, c’est nécessaire et c’est possible !

Dimanche 13 mars 2016

Communiqué d’Ensemble ! 06 – 8 mars : droits des femmes

Share

logo image à la uneENSEMBLE!06 est partie prenante de la journée internationale de luttes pour les droits DES femmes du monde entier.

Le 8 mars 2016, à 19 heures, place Masséna à Nice, ENSEMBLE!06 se mobilisera aux côtés du Collectif Droits des Femmes 06 qui organise un rassemblement militant et festif, intitulé « bal de sorcières ».

Toutes et tous dénoncerons les inégalités multiples encore subies par les femmes que nos gouvernements semblent ignorer ou minimiser : salaires et retraites inférieures, précarité imposée, tâches domestiques et familiales non équilibrées, plafond de verre présent dans tous les domaines, violences toujours tolérées…
Avec le Collectif Droits des Femmes 06 , ENSEMBLE!06,  exige la mise en place d’une réelle politique d’égalité salariale, des mesures radicales pour mettre fin aux violences faites aux femmes, plus et mieux de services publics, la lutte contre le système prostitutionnel, la liberté , l’égalité des droits, la parité à tous les niveaux…

Le projet de « loi travail » s’il était voté, aggraverait encore plus la situation des femmes en renforçant la précarité et l’insécurité économique et sociale.
ENSEMBLE!06 exige le retrait de ce projet .

ENSEMBLE!06 rappelle aussi l’actualité de la revendication historique du mouvement ouvrier qu’est la réduction massive du temps de travail (RTT) et l’interdiction des temps partiels imposés non seulement pour répondre à la question de l’emploi mais aussi dans une perspective émancipatrice d’égalité femmes/hommes et de temps libéré pour toutes et tous

Pour ENSEMBLE!06 il n’y aura pas d’alternative politique véritable sans égalité de droits. Elle doit donc être mise en actes rapidement ! Exigeons-le !

Lundi 7 mars 2016

12 mars – Manifestons contre l’état d’urgence permanent et la déchéance de nationalité

Share

samedi 12 mars 2016 à 14h30 Place Masséna à Nice

En réaction à l’horreur des attentats qui ont frappé notre société tout entière, l’état d’urgence a été décrété par le gouvernement. Il a été prolongé une deuxième fois jusqu’au 26 mai. Un projet de loi constitutionnelle prévoit l’inscription, dans la Constitution, non seulement de l’état d’urgence mais aussi de la déchéance de la nationalité pour « un crime ou un délit constituant une atteinte grave à la vie de la nation ». Ce projet de loi a été voté à l’Assemblée nationale. Il sera débattu au Sénat à partir du 16 mars. Lire la suite

Communiqué d’Ensemble ! 06 – 9 mars : ce n’est qu’un début !

Share

La mobilisation citoyenne et syndicale contre le projet de loi El Khomri a permis d’obtenir un premier recul du gouvernement.
Dans la lignée des contre-réformes libérales précédentes, ce projet prétend, de façon mensongère et grotesque, que faciliter les licenciements permettra de créer des emplois, alors que toutes les précédentes mesures de ce type partout dans le monde ont abouti à aggraver le chômage et la précarité !
Pour créer des emplois pour toutes et tous et pour avoir du temps pour vivre, imposons la réduction massive du temps de travail, de nouveaux droits pour les salarié-e-s dans les entreprises et des politiques économiques alternatives à l’austérité !
Le projet de loi El Khomri n’est qu’une arme de guerre contre l’emploi, contre le monde du travail, contre la jeunesse
Une seule solution : mobilisation prolongée pour obtenir son abrogation !

            ENSEMBLE!06 appelle à participer à la manifestation initiée par les organisations syndicales, les organisations étudiantes et lycéennes et soutenue par les organisations politiques le mercredi 9 mars à 13 h place Garibaldi à Nice.

Jeudi 3 mars 2016

Communiqué d’Ensemble ! 06 – Contre l’état d’urgence permanent et la déchéance de nationalité

Share

Notre réponse : mobilisations citoyennes, solidarité et égalité des droits

Le 10 février 2016, l’Assemblée nationale a voté en première lecture le projet de loi constitutionnelle dit de « protection de la Nation » qui, sous prétexte de lutter plus efficacement contre le terrorisme, vise à faire entrer dans la Constitution la déchéance de nationalité et l’état d’urgence.

Lançant un débat malsain, le gouvernement Hollande/Valls souhaitait dans un premier temps étendre la déchéance de nationalité aux français-es né-e-s binationaux/ales. Cette proposition s’est ensuite transformée en « déchéance pour tous », assumant la possibilité de faire des apatrides au mépris de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et de la Convention européenne sur la nationalité, signée mais jamais ratifiée par la France, argutie juridique parfaitement hypocrite. Se déshonorant par la reprise d’une proposition d’extrême droite, le gouvernement participe à l’instauration d’une société de la suspicion et suscite la division dans la population.

La constitutionnalisation de l’état d’urgence a pour objectif d’accentuer les atteintes aux libertés et la quasi impunité de l’exécutif permises jusque-là par la loi de 1955. Elle s’accompagne d’un projet de « lutte contre le crime organisé et le terrorisme réforme de la procédure pénale », lourd de danger pour les libertés en faisant passer dans le droit commun des procédures jusque-là réservées à l’état d’urgence, mais aussi d’une nouvelle proposition de prorogation pour trois mois. Mais l’état d’urgence est inutile et même contre-productif dans la lutte nécessaire contre le terrorisme1 qui a, avant toute chose, besoin de moyens humains d’investigations et de perspectives à long terme.

L’ensemble de ces projets qui instaure un état d’urgence permanent ne fait qu’aggraver le climat anxiogène de la période et fragilise les mobilisations citoyennes qui sont plus que jamais nécessaires pour affirmer qu’un autre monde est possible.

Comme un nombre croissant de citoyens et de citoyennes, de juristes et de magistrat-e-s, d’associations pour la démocratie et les droits humains, de forces syndicales et politiques ayant participé aux manifestations du 30 janvier à Nice et dans plus de 70 villes de France, Ensemble ! 06 exige la fin immédiate de l’état d’urgence et le retrait du projet de loi de « protection de la Nation » et de tous les projets de loi visant à aggraver les atteintes aux libertés.

A la déchéance de nationalité, Ensemble ! 06 répond par l’exigence de solidarité et d’égalité des droits à commencer par le droit de vote des étranger-e-s à toutes les élections.

L’urgence est à la mobilisation durable et citoyenne de la société pour sa propre protection et pour des alternatives solidaires dans nos quartiers et nos territoires.

Lundi 15 février 2016

1Voir l’analyse collective (syndicats de magistrats et d’avocats, associations, juristes) de l’état d’urgence et de sa constitutionnalisation réalisée fin janvier « L’urgence d’en sortir » : https://www.laquadrature.net//files/Analyse_regime_juridique_etat_urgence.pdf

Refusons la déchéance de nationalité et la constitutionnalisation de l’état d’urgence

Share

image001Manifestons samedi 30 janvier 2016

à 14 h 30 Place Garibaldi à Nice

 En réaction à l’horreur des attentats qui ont frappé notre société tout entière, l’état d’urgence a été décrété par le gouvernement, puis prolongé pour une durée de trois mois. Un projet de loi constitutionnelle prévoit l’inscription, dans la Constitution, non seulement de l’état d’urgence mais aussi de la déchéance de la nationalité pour les binationaux auteurs de « crimes constituant une atteinte grave à la vie de la nation ». Lire la suite