Communiqué – Estrosi-Ciotti : en avril, leur haine se découvre de plusieurs fils

Share

Lundi 6 avril 2015, dans les colonnes de Nice-Matin, Christian Estrosi déclare s’opposer à toute nouvelle construction de mosquées en France au nom du « principe de précaution ». Il justifie son obsession islamophobe au nom d’un principe constitutionnel dont l’objectif est de prévenir des atteintes à l’environnement ou à la santé ! Dans la même interview, il compare incidemment la France à « une terre de conquête » pour l’islam donnant ainsi crédit à la thèse raciste et complotiste du « grand remplacement ».

Samedi 25 avril, Eric Ciotti donne une longue interview à Nice-Matin à l’occasion de la sortie de son livre intitulé « Autorité » : tout un programme ! Ciotti recycle l’essentiel des idées du Front National : stigmatisation des migrant-e-s, assimilationnisme forcené ou encore volonté de mettre fin au droit du sol. Tout ceci jusqu’à proposer « un modèle social différencié » c’est à dire…la « préférence nationale » qui a toujours été au cœur du programme du Front National.

Dimanche 26 avril, Christian Estrosi se lâche sur France 3 : la « troisième guerre mondiale » serait déclarée. L’ennemi ? « L’islamo-fascisme » et ses « cinquièmes colonnes et ses réseaux infiltrés dans nos caves, nos garages et les lieux clandestins » qui menaceraient la « civilisation-judéo-chrétienne ». Et Estrosi de proposer la déchéance de nationalité pour les « ennemis de la France » tout en appelant à un Patriot Act à la française et en se félicitant de la loi liberticide sur le renseignement proposée par le gouvernement de Manuel Valls.

Ensemble ! 06 condamne ces propos remplis de haine, pratiquant l’amalgame et la stigmatisation, qui ne visent qu’à instrumentaliser les peurs et les ressentiments. Ces deux irresponsables politiques, symboles de « l’extrême droitisation » de l’UMP, sont des récidivistes en la matière. Ces discours reprenant le thème du « choc des civilisations » entre « Islam » et « Occident » qui attisent les haines sont inadmissibles et doivent être combattus.

Dans un contexte marqué par la mort en méditerranée aux portes de « l’Europe forteresse » de plus de 1700 migrant-e-s fuyant la guerre et la misère depuis janvier 2015, leur stigmatisation est particulièrement indécente.

Contrairement à Estrosi-Ciotti et au Front National qui cultivent la haine, la peur et le ressentiment, et au gouvernement qui fait le choix de limiter les libertés individuelles et les droits démocratiques, notre réponse est radicalement différente :

Pour le « Vivre ensemble », plus de démocratie, plus d’égalité, plus de justice, liberté de circulation et partage des richesses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *