Le Tram à l’Ariane : une promesse que l’on n’oublie pas – Communiqué d’Ensemble ! Nice

Share

Au  conseil métropolitain de jeudi, Estrosi, oubliant sa conversion opportuniste macronienne, a remis son costume de politicien de droite extrême, dans la lignée des Médecin, Peyrat et autres Ciotti, à propos de l’extension de la ligne 1 du tram.

Oubliant les engagements de l’État, qui avait conditionné il y a plus de vingt ans sa participation au financement du tram à l’extension de la ligne jusqu’à l’Ariane et à La Trinité, Estrosi a exprimé tout son mépris pour les populations de l’Ariane et de La Trinité.

Ses arguments ? Ils sont ridicules : des bassins de population trop faibles, des dessertes vers l’Ariane et La Trinité déjà existantes et suffisantes.

         Ignorant ou cynique ? Celles et ceux qui y vivent ou y travaillent le savent : les dessertes sont très insuffisantes et les bassins de population sont bien plus importants que ne le dit Estrosi, d’autant qu’on ne peut les séparer des dizaines de milliers d’habitants et d’habitantes des quartiers est de Nice et des communes voisines des vallées des Paillons, gravement pénaliséˑeˑs par les embouteillages parmi les plus importants du département !

En réalité, Estrosi fait d’une pierre deux coups : il méprise la population de l’Ariane, ignore celle de La Trinité et flatte l’électorat de la bourgeoisie et de l’extrême droite des beaux quartiers.

Mais Estrosi néglige la mémoire -la mémoire de tout un quartier populaire et celle de toute la commune de La Trinité, à qui promesse avait été faite de l’arrivée du tram avant 2020- ; comme il néglige l’espoir des habitantˑeˑs des vallées des Paillons.

La gauche alternative, la première avec les écologistes et les associatifs dès le début des années 1990, à avoir mené campagne pour le projet du tram sur rail à Nice et pour une première ligne allant de l’Ariane aux Moulins, avait contribué à la mobilisation à l’Ariane même, dans les années 2000, et bataillé dans l’enceinte du conseil municipal entre 2001 et 2008.

Aujourd’hui encore, plus que jamais, l’enjeu est de taille : le tram représente un symbole et une exigence à la fois démocratique, écologique et sociale.

De cette exigence, un secteur non négligeable de l’électorat de la ville de Nice est partie prenante. Sensible en particulier au sort réservé aux quartiers populaires il réclame justice sociale, égalité des droits et refuse les discriminations.

C’est pourquoi la bataille du prolongement de la ligne de tram jusqu’à l’Ariane et à La Trinité, commencée à l’Ariane et La Trinité il y a 20 ans, relayé ensuite dans l’enceinte du conseil municipal de la ville de Nice, est loin d’être finie : toutes et tous ensemble, luttons pour qu’enfin le tram arrive à l’Ariane comme à La Trinité !

ENSEMBLE! Nice

Nice – dimanche 8 avril 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *