Communiqué d’Ensemble ! 06 – Contre la haine : Solidarité, accueil digne des réfugié-e-s et liberté de circulation !

Share

Depuis maintenant plusieurs mois, des groupuscules d’extrême droite racistes et violents mènent une campagne contre le sauvetage et l’accueil des réfugié-e-s qui traversent la Méditerranée. Vendredi 30 juin, cette campagne se poursuit à Nice : il s’agit de lever des fonds afin de financer des actions pour empêcher les ONG de sauver des vies et d’éviter les drames qui se multiplient en mer depuis maintenant trop d’années et qui ont coûtés la vie à plusieurs milliers de réfugié-e-s.

Ensemble ! 06 condamne ces actions qui sous couvert de « défendre l’Europe » sont un appel à la haine et au crime.

Nous savons ce que ces idées et actes racistes peuvent avoir comme conséquences et nous refusons que les crimes dont l’histoire est jalonnée se répètent indéfiniment.

Ensemble ! 06 refuse que l’extrême droite puisse, en toute impunité, mettre en œuvre ses « rêves » nauséabonds d’épuration ethnique qu’elle camoufle sous les termes de « grand remplacement » et de « remigration ».

Nous réaffirmons, contre la haine, notre solidarité avec les réfugié-e-s et les migrant-e-s.

Nous lutterons pour un accueil digne et nous serons au côté des citoyen-ne-s solidaires qui, dans la Roya comme à Calais, font ce que les pouvoirs publics se refusent à faire : accueillir dignement des femmes, des hommes et des enfants qui fuient la mort. Des citoyen-ne-s solidaires persécuté-e-s par les autorités alors qu’ils/elles pratiquent la plus élémentaire fraternité.

Aujourd’hui, les frontières tuent en Méditerranée comme dans toute l’Europe.

Face à la haine, ouvrons les !

Communiqué d’Ensemble ! 06 – La solidarité n’est pas un crime !

Share

POUR UN ACCUEIL DIGNE DES RÉFUGIÉ-E-S ET DES MIGRANT-E-S !

En région Paca on relègue, on incarcère, on trie, on chasse, on renvoie, au mépris de tout principe de solidarité et d’humanité, et en violant le droit international !

Seule la solidarité citoyenne tente d’alléger le triste sort de ces personnes. En PACA, des habitant-e-s se sont organisé-e-s, depuis de longs mois déjà, pour venir en aide aux réfugié-e-s qui fuient leurs pays, espérant trouver un nouvel havre de paix, par delà les frontières.


Ensemble ! 06 se félicite de cet engagement militant –voire risqué, face aux politiques de répression en vigueur- auquel il s’associe, en soutenant de toutes ses forces cette solidarité en actes .

Au conseil régional et dans toute la région le FN, la droite et leurs élues se prononce au contraire pour une région sans réfugiè-e-s ni migrant-e-s, alors même que des réseaux citoyen s’organisent et se démènent pour les aider.

Ces citoyens n’acceptent pas qu’on laisse dépérir sans rien tenter un-e autre, son semblable en humanité. Certain-e-s sont, aujourd’hui, poursuivi-e-s par un état qui criminalise leur solidarité, réduite pourtant à sa portion congrue. Ils risquent la prison et des amendes…

Ensemble ! 06 exige qu’ils/elles soient relaxé-e-s et que soit reconnu le caractère humanitaire de leurs actes !

Ensemble ! 06 soutient Cédric Herrou et Pierre-Alain Mannoni qui seront jugés mercredi 23 novembre au TGI de Nice à partir de 13h00 pour avoir fait preuve de la plus élémentaire solidarité.

Ensemble 06 ! n’est pas dupe ! L’objectif de ces mesures d’arrestation et d’assignation en justice est clair : détruire les réseaux de solidarité. Ne laissons pas faire !

Ensemble ! 06 réaffirme qu’une politique migratoire alternative est possible et nécessaire selon les principes de solidarité et de défense intransigeante des droits humains.

Que la liberté de circulation et d’installation, et l’accueil des réfugié-e-s et des migrant-e-s est le premier de ces principes y compris en région PACA.

Il est plus que temps d’en finir avec la politique absurde et criminelle de nos gouvernant-e-s !

La frontière tue ! Ouvrons-là !

Lundi 21 novembre 2016

Une autre parole en PACA : oui à l’accueil des migrant-e-s – communiqué d’Ensemble ! PACA

Share

Sans aucune pudeur, C. Estrosi et la droite ont rejoint les positions du FN en faisant voter par le Conseil régional le 3 novembre un texte proclamant que la région PACA est une terre sans migrant-e-s !

Nous constatons là une rhétorique qui renvoie aux plus mauvais souvenirs d’une idéologie proclamant l’Europe comme « libérée des juifs », des « juifs errants » que sont ces migrant-e-s. Nous assistons de la part des « estrosiens » et consorts à une montée vers les extrêmes, c’est-à-dire vers la catastrophe. Ce vote est porteur des nuages noirs que sont le repli sur soi, l’aveuglement sur l’état du monde, la haine des autres. Ce vote participe aussi de la construction et du renforcement des préjugés xénophobes et racistes dans une partie de la population.

C. Estrosi, c’est oui aux touristes, ces migrant-e-s saisonniers, mais c’est non aux migrant-e-s, ces touristes en transit vers des pays accueillants comme les pays du Nord de l’Europe.

C. Estrosi, c’est oui aux riches princes du golf qui arrivent en jets privés ou en bateaux de luxe mais c’est non aux personnes qui fuient les tortures et la mort.

C. Estrosi, c’est oui au fric mais c’est non à l’humanité.

Nous dénonçons ce vote inqualifiable, ce vote de la honte ! Comme de nombreux citoyens, de nombreuses citoyennes et leurs associations dans notre région, nous agissons pour un accueil digne des personnes fuyant le malheur à la recherche d’un havre de paix et de dignité, pour la liberté de circulation et d’installation telle qu’elle est garantie comme droit fondamental dans les textes internationaux, et en particulier les articles 13.1 et 14.1 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

Nous appelons au renforcement de cet accueil et à la défense intransigeante des droits et des libertés.

Partout où c’est possible et en fonction des besoins, apportons notre aide matérielle et morale aux migrant-e-s.

Construisons des collectifs citoyens larges et unitaires rassemblant citoyens et citoyennes, associations, organisations syndicales et politiques pour faire entendre une parole antiraciste, solidaire et hospitalière

Non au malheur, oui à la vie !

La coordination régionale d’Ensemble ! PACA,

Château-Arnoux, le 7 novembre 2016

Communiqué d’Ensemble ! PACA – Solidarité et accueil des migrant-e-s

Share

Communiqué d’Ensemble ! PACA – lundi 10 octobre 2016

ASSEZ DE HAINE, DE RACISME ET DE XÉNOPHOBIE !

SOLIDARITE ET ACCUEIL DES MIGRANT-E-S !

En région PACA, prises de position du FN, de la droite et de leurs élu-e-s se multiplient contre les immigré-e-s et l’accueil des migrant-e-s.

Mais la haine, le refus de l’autre et le racisme ne sont pas le fait de toute la population de notre région !

C’est ce qu’a démontré le rassemblement du 8 octobre à Pierrefeu dans le Var, dont Ensemble ! était partie prenante.

C’est ce que démontrent aussi les multiples initiatives et prises de position de nombreux collectifs citoyens, associations, syndicats et forces politiques, dans tous les départements de notre région.

La mobilisation citoyenne et unitaire doit se prolonger.

Plus que jamais, Ensemble ! PACA réaffirme les principes de solidarité et de défense intransigeante des droits humains, à commencer par la liberté de circulation et d’installation, et l’accueil des migrant-e-s y compris en région PACA.

Ensemble ! PACA dénonce enfin les campagnes alarmistes, indignes et mensongères sur le thème de l’invasion étrangère alors que l’accueil des migrant-e-s ne concerne en France que quelques dizaines de milliers de personnes tandis que les pays voisins de la Syrie en guerre en accueillent plusieurs millions !

La coordination régionale Ensemble ! PACA,

Lundi 10 octobre 2016

Communiqué d’Ensemble ! 06 – Après l’horreur : un autre monde est plus que jamais nécessaire

Share

dimanche 17 juillet 2016

C’est tout d’abord compassion et solidarité qu’ ENSEMBLE ! 06 tient à exprimer aux familles et aux proches des victimes de l’attentat de Nice du 14 juillet.

Mais, alors que l’heure est toujours à la douleur, au deuil et au recueillement après l’horreur de jeudi soir, tout continue comme avant : récupérations politiciennes indécentes, déclarations guerrières irresponsables, propos ultra-sécuritaires inquiétants…

Ainsi F. Hollande, qui le soir même de l’attentat, et sans prendre la peine d’attendre les avancées de l’enquête, annonce, dans une fuite en avant belliciste et impérialiste, l’intensification des frappes en Syrie et en Irak. Il annonce dans la foulée la prolongation d’un état d’urgence non seulement inefficace, mais aussi contre-productif car anxiogène pour la société et mortifère pour les libertés démocratiques.

Ainsi C. Estrosi qui, non-content d’avoir fanfaronné sur sa politique de vidéosurveillance généralisée à Nice, se lance dans des polémiques politiciennes.

Ainsi E. Ciotti qui appelle à un « état d’urgence véritable et permanent » au mépris des conventions internationales protégeant les droits de l’homme. Et qui en profite pour stigmatiser honteusement les réfugié-e-s.

Ainsi M. Le Pen qui, comme à son habitude, joue la surenchère guerrière, sécuritaire, islamophobe, anti-réfugié-e-s et anti-immigré-e-s.

Assez de ces politicien-ne-s vautours et cyniques ! On ne combat pas la terreur en entretenant un climat de guerre civile et par la guerre impérialiste !

Heureusement, il existe dans la population, que ce soit à Nice ou dans le reste de la France, une aspiration profonde au vivre ensemble, à la fraternité et à la solidarité contre la haine et le rejet de l’autre, les amalgames islamophobes et la stigmatisation des migrant-e-s et des réfugié-e-s.

C’est cette aspiration qui nous permettra de résister à la terreur et de construire un autre monde, plus juste et plus solidaire, basé sur l’égalité des droits, débarrassé de la guerre aveugle qui se nourrit des inégalités secrétées par le capitalisme financiarisé et mondialisé.

L’urgence est à la mobilisation durable et citoyenne de la société pour contrôler sa propre protection et pour construire localement des alternatives solidaires dans nos quartiers et nos territoires.

Communiqué d’Ensemble ! – L’HORREUR

Share

Une fois de plus la France est touchée par un nouvel attentat. Notre pensée va d’abord aux victimes. Ensemble s’associe à la douleur de leurs proches.

La sidération nous frappe. Les mots, quel que soit le sentiment qu’ils expriment semblent toujours en deçà de l’événement lui-même.

Le temps est aujourd’hui au recueillement et à la solidarité. L’émotion qui nous emporte ne doit pas être utilisée pour faire accepter de nouvelles mesures de restriction des libertés dont l’expérience a montré que, mortifères pour la démocratie, elles sont inefficaces contre les attentats.

Le 15 juillet 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Condamnation d’un acte terroriste odieux.

Share

Un commandant de police et sa compagne, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, ont été assassinés.

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué cet assassinat.

Il s’agit d’un acte terroriste odieux qui ne peut qu’être condamné par toutes celles et ceux qui sont attachéEs à l’existence d’une vie démocratique dans ce pays.

« Ensemble! » prend part à la peine de leurs proches et leur adresse ses condoléances.

Après les assassinats de janvier à Paris, le meurtre de masse qui a touché la communauté homosexuelle à Orlondo, les exactions contre les populations en Irak et en Syrie, cet acte confirme qu’EI ne recule devant aucun acte barbare.

Le 14 juin 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Solidarité avec la communauté homosexuelle.

Share

« Ensemble! » s’associe à la douleur des parents et proches des victimes de l’attaque terroriste qui a visé une boite de nuit fréquentée par la communauté homosexuelle, à Orlando (USA).

C’est clairement un attentat homophobe perpétré en pleine période d’initiatives destinées à célébrer les fiertés LGBT.

L’auteur de cette tuerie, Omar Mateen, aurait fait état de son allégeance à l’organisation « Etat islamique ». Et, de son côté, l’EI, qui défend une vision du monde réactionnaire et totalitaire, aurait revendiqué cet attentat.

L’homophobie doit, plus que jamais, être combattue sans concession. Cela souligne l’importance cette année de participer massivement à la Fête des Fiertés.

« Ensemble! » réaffirme son soutien à la communauté homosexuelles, condamne toute les agressions homophobes et s’associe aux initiatives de solidarité qui auront lieu.

Le 13 juin 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Valls dégage, la loi travail on n’en veut pas.

Share

300 000 personnes ont manifesté le 26 mai pour le retrait de la loi travail à l’appel de l’intersyndicale et des organisations de jeunesse. C’est un succès.

« Ensemble! » dénonce les violences policières et les arrestations arbitraires qui ont eu lieu aujourd’hui à Paris et dans plusieurs villes.

La montée en puissance des blocages, des barrages, de la grève dans des secteurs névralgiques de l’économie, comme les raffineries, les dépôts de carburant, les ports, les transports, les centrales nucléaires et thermiques fracture la cohésion gouvernementale.

En cause, l’article 2, celui qui est la charpente du texte de loi puisqu’il institue l’inversion des normes et donc le dumping social.

Bruno Le Roux et Michel Sapin qui envisageaient une réécriture de cet article 2 ont tous les deux été sèchement recadrés par M. Valls, droit dans ses bottes, comme A. Juppé en 1995.

Ni retrait, ni réécriture dit M. Valls de façon péremptoire, tout en rajoutant qu’il peut y avoir des modifications, sans savoir lesquelles.

Malgré les incessants reportages dans les médias sur les automobilistes à la recherche d’essence, majoritairement l’opinion publique, selon un dernier sondage, est contre la loi travail et fait porter sur le gouvernement la responsabilité des blocages.

Ce gouvernement est en pleine déroute et bloque par son entêtement toute solution à la crise sociale et politique en cours.

La généralisation des grèves et blocages, la convergence des luttes, la jonction entre Nuits debout et salariéEs : tout cela doit continuer et s’amplifier jusqu’au retrait de la loi travail.

Nous voulons un code du travail protecteur des droits des salariéEs pour le 21e siècle, pas d’un retour au 19e.

Valls doit démissionner et la loi travail être retirée.

Le 26 mai 2016.

Communiqué d’Ensemble ! – Inadmissible cette escalade des violences policières !

Share

Comment répond le gouvernement à l’opposition majoritaire de la population à sa loi travail ?

Dans l’enceinte parlementaire par l’article 49.3 qui censure tout débat démocratique, pour masquer son absence de majorité.

Dans la rue, sur les barrages de grévistes, par des violences policières inadmissibles. Et par l’interdiction de manifestation pour des animateurs-trices du mouvement social.

Violences à Fos-sur-Mer où les grévistes, après la levée du barrage, sont pourchassé-es dans les rues, la Bourse du travail étant en état de siège.

Violences des interpellations qui se répètent à chaque manifestation, et notamment le 1er mai, dans les rues de Paris, Lille, Nantes, Rennes : manifestant-es frappé-es, trainé-es par terre !

A Fos-sur-Mer, deux salarié-es, dont l’un grièvement blessé, ont été les victimes d’un automobiliste qui a foncé sur un barrage.

A chaque fois, ce sont gazages massifs, utilisation répétée d’armes présentées comme non-létales mais qui blessent gravement, comme cet étudiant rennais qui a perdu un oeil suite à un tir de flash-ball, tirs tendus malgré leur interdiction.

Nombreux sont les témoignages sans aucun effet sur le comportement de la police.

Les forces de police n’hésitent pas à procéder à des arrestations arbitraires. C’est ce qui est arrivé, par exemple, à un camarade d’Ensemble!, syndicaliste CGT du secteur de la petite enfance à la ville de Paris, hier. Blessé à la tête, ce qui lui vaut 4 jours d’ITT, il est accusé de « lancement de projectiles », ce qu’il conteste.

Les méthodes musclées de maintien de l’ordre, dictées par le gouvernement, ont un but : pourrir les manifestations, décourager la participation populaire, réduire à néant le droit de manifester, criminaliser le mouvement social.

Pour « Ensemble! », ces violences policières sont indignes d’un état de droit. Nous les condamnons.

Nous exigeons l’abandon des armes dangereuses comme les flash-ball, la libération des manifestant-e-s arrêté-e-s.

Le 27 mai 2016.