Le Tram à l’Ariane : une promesse que l’on n’oublie pas – Communiqué d’Ensemble ! Nice

Share

Au  conseil métropolitain de jeudi, Estrosi, oubliant sa conversion opportuniste macronienne, a remis son costume de politicien de droite extrême, dans la lignée des Médecin, Peyrat et autres Ciotti, à propos de l’extension de la ligne 1 du tram.

Oubliant les engagements de l’État, qui avait conditionné il y a plus de vingt ans sa participation au financement du tram à l’extension de la ligne jusqu’à l’Ariane et à La Trinité, Estrosi a exprimé tout son mépris pour les populations de l’Ariane et de La Trinité.

Ses arguments ? Ils sont ridicules : des bassins de population trop faibles, des dessertes vers l’Ariane et La Trinité déjà existantes et suffisantes.

         Ignorant ou cynique ? Celles et ceux qui y vivent ou y travaillent le savent : les dessertes sont très insuffisantes et les bassins de population sont bien plus importants que ne le dit Estrosi, d’autant qu’on ne peut les séparer des dizaines de milliers d’habitants et d’habitantes des quartiers est de Nice et des communes voisines des vallées des Paillons, gravement pénaliséˑeˑs par les embouteillages parmi les plus importants du département !

En réalité, Estrosi fait d’une pierre deux coups : il méprise la population de l’Ariane, ignore celle de La Trinité et flatte l’électorat de la bourgeoisie et de l’extrême droite des beaux quartiers.

Mais Estrosi néglige la mémoire -la mémoire de tout un quartier populaire et celle de toute la commune de La Trinité, à qui promesse avait été faite de l’arrivée du tram avant 2020- ; comme il néglige l’espoir des habitantˑeˑs des vallées des Paillons.

La gauche alternative, la première avec les écologistes et les associatifs dès le début des années 1990, à avoir mené campagne pour le projet du tram sur rail à Nice et pour une première ligne allant de l’Ariane aux Moulins, avait contribué à la mobilisation à l’Ariane même, dans les années 2000, et bataillé dans l’enceinte du conseil municipal entre 2001 et 2008.

Aujourd’hui encore, plus que jamais, l’enjeu est de taille : le tram représente un symbole et une exigence à la fois démocratique, écologique et sociale.

De cette exigence, un secteur non négligeable de l’électorat de la ville de Nice est partie prenante. Sensible en particulier au sort réservé aux quartiers populaires il réclame justice sociale, égalité des droits et refuse les discriminations.

C’est pourquoi la bataille du prolongement de la ligne de tram jusqu’à l’Ariane et à La Trinité, commencée à l’Ariane et La Trinité il y a 20 ans, relayé ensuite dans l’enceinte du conseil municipal de la ville de Nice, est loin d’être finie : toutes et tous ensemble, luttons pour qu’enfin le tram arrive à l’Ariane comme à La Trinité !

ENSEMBLE! Nice

Nice – dimanche 8 avril 2018

REPORTY À LA TRAPPE : CAMOUFLET POUR ESTROSI, VICTOIRE POUR LA DÉMOCRATIE – Communiqué d’Ensemble ! Nice

Share

Pour ENSEMBLE! Nice, le camouflet infligé au maire de Nice par la CNIL est une victoire de la démocratie. Mais Estrosi, en autocrate qu’il est, nie ces réalités en déclarant que la CNIL et touˑteˑs celles et ceux qui se sont opposéˑeˑs à son initiative, font le jeu « des terroristes et de ceux qui veulent porter atteinte à notre démocratie ».

Ces déclarations délirantes transforment les défenseurˑeˑs des libertés en alliéˑeˑs objectifˑiveˑs des terroristes. C’est à la fois indécent, dangereux et totalement irresponsable de la part d’un « responsable » politique dans le contexte actuel qui a vu notre ville et la France touchées par des actes terroristes meurtriers.  Lire la suite

Un préfet quatre fois hors-la-loi ? Une autre république, citoyenne et autogérée ! – Communiqué d’Ensemble ! 06

Share

Le préfet des Alpes-Maritimes aura réussi un exploit digne d’un livre des records : avoir été désavoué quatre fois en moins d’un an par la justice !

Le Tribunal Administratif avait déjà reconnu le 31 mars puis le 4 septembre 2017 que le préfet avait porté atteinte au droit d’asile.

Depuis, c’est au sujet de reconduites à la frontière de mineurs que l’action de ce préfet a été condamnée par la justice, le 22 janvier puis le 23 février 2018, pour « atteinte grave et manifestement illégale portée à une liberté fondamentale ».

Il est temps de dire : ça suffit ! Lire la suite

Et un de plus ! Jusqu’où iront-ils ?

Share

Communiqué d’Ensemble ! Nice – samedi 17 février 2018

Utiliser la technologie électronique pour « sécuriser » l’entrée du lycée des Eucalyptus à Nice,avec une vidéosurveillance au faciès : telle est l’idée « saugrenue » imaginée par Mr Muselier, président de la région PACA, soutenue publiquement par le maire de Nice et acceptée par le Proviseur du dit lycée.

Depuis le début de l’année, dans notre ville, nous assistons, à une surenchère sécuritaire inédite :

C’est d’abord le maire de Nice qui  impose « reporty », outil moderne de délation, puis la police municipale qui , sous prétexte de tranquilliser les esprits, prendra position dans les écoles primaires et maintenant voilà un nouveau projet liberticide encore plus invasif qui concerne le contrôle des élèves et des personnels dans un lycée de Nice. Force est de constater que le chantage à la peur entraîne la mise en place de mesures de plus en plus disproportionnées et autoritaires.

L’utilisation à outrance de la  technologie électronique ou l’incongrue intrusion de la police dans les lieux voués à l’apprentissage de la liberté et du « vivre ensemble » que sont nos écoles, nos lycées et l’espace public, n’assureront jamais la paix et la démocratie, n’en déplaise à nos donneurs d’ordre institutionnels !

Ce sont de débats éclairés et sereins, de formation à l’esprit critique, de rapports de confiance et de bienveillance dont ont besoin à la fois les élèves de tous âges, les personnels et l’ensemble des citoyen-ne-s.

Bref, de pédagogie et de démocratie, non de démagogie et de vidéo-surveillance !

Assez de délire sécuritaire – Communiqué d’Ensemble ! Nice

Share

Après le projet Reporty basé sur la délation, objet d’articles de la presse nationale et fortement critiqué par de nombreuses forces citoyennes associatives, syndicales -y compris dans le monde de la justice- et politiques, Estrosi a donc obtenu le soutien du ministre de l’Education Nationale Blanquer pour placer des policiers municipaux dans les écoles.

Le délire sécuritaire du maire de Nice a certes été atténué : contrairement à son intention première, il n’a pas eu l’accord du ministre de l’Education Nationale pour armer les policiers municipaux.

Du coup, vu l’incohérence du dispositif, le maire de Nice s’attire même les foudres d’un syndicat de policiers municipaux inquiets de l’incapacité des policiers municipaux à riposter !

Au-delà du ridicule de la situation et de l’irresponsabilité du ministre -qui y voit une « expérience intéressante »-, le plus grave est donc l’accentuation de la part du maire de Nice d’une dérive qui tourne au délire sécuritaire généralisé et de surcroît indécent, quand on se souvient de l’inefficacité totale du dispositif de vidéo-surveillance le 14 juillet 2016.

La ville de Nice et ses écoles n’ont nul besoin de cette démagogie aux relents électoralistes qui fait le jeu de l’extrême-droite en installant à Nice une obsession sécuritaire et dans ses école un climat anxiogène et donc dangereux pour les enfants.

C’est précisément de sérénité, de fraternité et de l’affirmation de la volonté du « vivre ensemble » dont Nice et ses écoles ont besoin, avec les moyens nécessaires aux services publics pour assurer à la fois la protection de la population et le bon fonctionnement des établissements scolaires, et ce dans tous les quartiers de Nice.

Communiqué d’Ensemble ! 06 – Contre la haine : Solidarité, accueil digne des réfugié-e-s et liberté de circulation !

Share

Depuis maintenant plusieurs mois, des groupuscules d’extrême droite racistes et violents mènent une campagne contre le sauvetage et l’accueil des réfugié-e-s qui traversent la Méditerranée. Vendredi 30 juin, cette campagne se poursuit à Nice : il s’agit de lever des fonds afin de financer des actions pour empêcher les ONG de sauver des vies et d’éviter les drames qui se multiplient en mer depuis maintenant trop d’années et qui ont coûtés la vie à plusieurs milliers de réfugié-e-s.

Ensemble ! 06 condamne ces actions qui sous couvert de « défendre l’Europe » sont un appel à la haine et au crime.

Nous savons ce que ces idées et actes racistes peuvent avoir comme conséquences et nous refusons que les crimes dont l’histoire est jalonnée se répètent indéfiniment.

Ensemble ! 06 refuse que l’extrême droite puisse, en toute impunité, mettre en œuvre ses « rêves » nauséabonds d’épuration ethnique qu’elle camoufle sous les termes de « grand remplacement » et de « remigration ».

Nous réaffirmons, contre la haine, notre solidarité avec les réfugié-e-s et les migrant-e-s.

Nous lutterons pour un accueil digne et nous serons au côté des citoyen-ne-s solidaires qui, dans la Roya comme à Calais, font ce que les pouvoirs publics se refusent à faire : accueillir dignement des femmes, des hommes et des enfants qui fuient la mort. Des citoyen-ne-s solidaires persécuté-e-s par les autorités alors qu’ils/elles pratiquent la plus élémentaire fraternité.

Aujourd’hui, les frontières tuent en Méditerranée comme dans toute l’Europe.

Face à la haine, ouvrons les !

Communiqué d’Ensemble ! 06 – La solidarité n’est pas un crime !

Share

POUR UN ACCUEIL DIGNE DES RÉFUGIÉ-E-S ET DES MIGRANT-E-S !

En région Paca on relègue, on incarcère, on trie, on chasse, on renvoie, au mépris de tout principe de solidarité et d’humanité, et en violant le droit international !

Seule la solidarité citoyenne tente d’alléger le triste sort de ces personnes. En PACA, des habitant-e-s se sont organisé-e-s, depuis de longs mois déjà, pour venir en aide aux réfugié-e-s qui fuient leurs pays, espérant trouver un nouvel havre de paix, par delà les frontières.


Ensemble ! 06 se félicite de cet engagement militant –voire risqué, face aux politiques de répression en vigueur- auquel il s’associe, en soutenant de toutes ses forces cette solidarité en actes .

Au conseil régional et dans toute la région le FN, la droite et leurs élues se prononce au contraire pour une région sans réfugiè-e-s ni migrant-e-s, alors même que des réseaux citoyen s’organisent et se démènent pour les aider.

Ces citoyens n’acceptent pas qu’on laisse dépérir sans rien tenter un-e autre, son semblable en humanité. Certain-e-s sont, aujourd’hui, poursuivi-e-s par un état qui criminalise leur solidarité, réduite pourtant à sa portion congrue. Ils risquent la prison et des amendes…

Ensemble ! 06 exige qu’ils/elles soient relaxé-e-s et que soit reconnu le caractère humanitaire de leurs actes !

Ensemble ! 06 soutient Cédric Herrou et Pierre-Alain Mannoni qui seront jugés mercredi 23 novembre au TGI de Nice à partir de 13h00 pour avoir fait preuve de la plus élémentaire solidarité.

Ensemble 06 ! n’est pas dupe ! L’objectif de ces mesures d’arrestation et d’assignation en justice est clair : détruire les réseaux de solidarité. Ne laissons pas faire !

Ensemble ! 06 réaffirme qu’une politique migratoire alternative est possible et nécessaire selon les principes de solidarité et de défense intransigeante des droits humains.

Que la liberté de circulation et d’installation, et l’accueil des réfugié-e-s et des migrant-e-s est le premier de ces principes y compris en région PACA.

Il est plus que temps d’en finir avec la politique absurde et criminelle de nos gouvernant-e-s !

La frontière tue ! Ouvrons-là !

Lundi 21 novembre 2016

Une autre parole en PACA : oui à l’accueil des migrant-e-s – communiqué d’Ensemble ! PACA

Share

Sans aucune pudeur, C. Estrosi et la droite ont rejoint les positions du FN en faisant voter par le Conseil régional le 3 novembre un texte proclamant que la région PACA est une terre sans migrant-e-s !

Nous constatons là une rhétorique qui renvoie aux plus mauvais souvenirs d’une idéologie proclamant l’Europe comme « libérée des juifs », des « juifs errants » que sont ces migrant-e-s. Nous assistons de la part des « estrosiens » et consorts à une montée vers les extrêmes, c’est-à-dire vers la catastrophe. Ce vote est porteur des nuages noirs que sont le repli sur soi, l’aveuglement sur l’état du monde, la haine des autres. Ce vote participe aussi de la construction et du renforcement des préjugés xénophobes et racistes dans une partie de la population.

C. Estrosi, c’est oui aux touristes, ces migrant-e-s saisonniers, mais c’est non aux migrant-e-s, ces touristes en transit vers des pays accueillants comme les pays du Nord de l’Europe.

C. Estrosi, c’est oui aux riches princes du golf qui arrivent en jets privés ou en bateaux de luxe mais c’est non aux personnes qui fuient les tortures et la mort.

C. Estrosi, c’est oui au fric mais c’est non à l’humanité.

Nous dénonçons ce vote inqualifiable, ce vote de la honte ! Comme de nombreux citoyens, de nombreuses citoyennes et leurs associations dans notre région, nous agissons pour un accueil digne des personnes fuyant le malheur à la recherche d’un havre de paix et de dignité, pour la liberté de circulation et d’installation telle qu’elle est garantie comme droit fondamental dans les textes internationaux, et en particulier les articles 13.1 et 14.1 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

Nous appelons au renforcement de cet accueil et à la défense intransigeante des droits et des libertés.

Partout où c’est possible et en fonction des besoins, apportons notre aide matérielle et morale aux migrant-e-s.

Construisons des collectifs citoyens larges et unitaires rassemblant citoyens et citoyennes, associations, organisations syndicales et politiques pour faire entendre une parole antiraciste, solidaire et hospitalière

Non au malheur, oui à la vie !

La coordination régionale d’Ensemble ! PACA,

Château-Arnoux, le 7 novembre 2016

Communiqué d’Ensemble ! PACA – Solidarité et accueil des migrant-e-s

Share

Communiqué d’Ensemble ! PACA – lundi 10 octobre 2016

ASSEZ DE HAINE, DE RACISME ET DE XÉNOPHOBIE !

SOLIDARITE ET ACCUEIL DES MIGRANT-E-S !

En région PACA, prises de position du FN, de la droite et de leurs élu-e-s se multiplient contre les immigré-e-s et l’accueil des migrant-e-s.

Mais la haine, le refus de l’autre et le racisme ne sont pas le fait de toute la population de notre région !

C’est ce qu’a démontré le rassemblement du 8 octobre à Pierrefeu dans le Var, dont Ensemble ! était partie prenante.

C’est ce que démontrent aussi les multiples initiatives et prises de position de nombreux collectifs citoyens, associations, syndicats et forces politiques, dans tous les départements de notre région.

La mobilisation citoyenne et unitaire doit se prolonger.

Plus que jamais, Ensemble ! PACA réaffirme les principes de solidarité et de défense intransigeante des droits humains, à commencer par la liberté de circulation et d’installation, et l’accueil des migrant-e-s y compris en région PACA.

Ensemble ! PACA dénonce enfin les campagnes alarmistes, indignes et mensongères sur le thème de l’invasion étrangère alors que l’accueil des migrant-e-s ne concerne en France que quelques dizaines de milliers de personnes tandis que les pays voisins de la Syrie en guerre en accueillent plusieurs millions !

La coordination régionale Ensemble ! PACA,

Lundi 10 octobre 2016

Communiqué d’Ensemble ! 06 – Après l’horreur : un autre monde est plus que jamais nécessaire

Share

dimanche 17 juillet 2016

C’est tout d’abord compassion et solidarité qu’ ENSEMBLE ! 06 tient à exprimer aux familles et aux proches des victimes de l’attentat de Nice du 14 juillet.

Mais, alors que l’heure est toujours à la douleur, au deuil et au recueillement après l’horreur de jeudi soir, tout continue comme avant : récupérations politiciennes indécentes, déclarations guerrières irresponsables, propos ultra-sécuritaires inquiétants…

Ainsi F. Hollande, qui le soir même de l’attentat, et sans prendre la peine d’attendre les avancées de l’enquête, annonce, dans une fuite en avant belliciste et impérialiste, l’intensification des frappes en Syrie et en Irak. Il annonce dans la foulée la prolongation d’un état d’urgence non seulement inefficace, mais aussi contre-productif car anxiogène pour la société et mortifère pour les libertés démocratiques.

Ainsi C. Estrosi qui, non-content d’avoir fanfaronné sur sa politique de vidéosurveillance généralisée à Nice, se lance dans des polémiques politiciennes.

Ainsi E. Ciotti qui appelle à un « état d’urgence véritable et permanent » au mépris des conventions internationales protégeant les droits de l’homme. Et qui en profite pour stigmatiser honteusement les réfugié-e-s.

Ainsi M. Le Pen qui, comme à son habitude, joue la surenchère guerrière, sécuritaire, islamophobe, anti-réfugié-e-s et anti-immigré-e-s.

Assez de ces politicien-ne-s vautours et cyniques ! On ne combat pas la terreur en entretenant un climat de guerre civile et par la guerre impérialiste !

Heureusement, il existe dans la population, que ce soit à Nice ou dans le reste de la France, une aspiration profonde au vivre ensemble, à la fraternité et à la solidarité contre la haine et le rejet de l’autre, les amalgames islamophobes et la stigmatisation des migrant-e-s et des réfugié-e-s.

C’est cette aspiration qui nous permettra de résister à la terreur et de construire un autre monde, plus juste et plus solidaire, basé sur l’égalité des droits, débarrassé de la guerre aveugle qui se nourrit des inégalités secrétées par le capitalisme financiarisé et mondialisé.

L’urgence est à la mobilisation durable et citoyenne de la société pour contrôler sa propre protection et pour construire localement des alternatives solidaires dans nos quartiers et nos territoires.