Communiqué d’Ensemble ! 06 – Toutes et tous ensemble, debout pour exiger le retrait de la loi travail

Share

70% de la population rejette ce projet de loi mais Hollande et Valls s’obstinent, n’entendent pas leur gauche et refusent de le retirer.

Le gouvernement tente de désamorcer la mobilisation avec quelques rectifications.

Mais le fond du projet reste le même : l’inversion des normes en faveur de l’accord d’entreprise, la banalisation des licenciements économiques, la démolition du code du travail et des éléments de protection des salarié-e-s face au patronat ; un avenir fait de précarité généralisée pour toutes et tous, en particulier pour les jeunes !

Aux journées de grève et aux manifestations, ont succédé les Nuits debout qui rassemblent dans un nombre grandissant de villes, à Nice et partout en France des centaines ou des milliers de participant-e-s.

Ainsi, non seulement le mouvement enclenché le mois dernier tient bon malgré les manœuvres de diversion, mais il s’élargit et s’approfondit.

A l’exigence de retrait de la loi travail s’ajoute la volonté de se réapproprier les places publiques et d’exiger une démocratie réelle comme à Tunis et au Caire en 2011 puis à Barcelone, à Madrid, à Athènes et ailleurs dans le monde.

C’est le refus de la résignation et le signe de la volonté de prendre ses affaires en mains, de l’aspiration à l’auto-organisation et à l’autogestion qui complètent parfaitement les mobilisations pour la justice climatique et pour les droits des femmes, les mobilisations de solidarité internationale et pour une alternative aux désastreuses politiques d’austérité.

Maintenant, toutes les conditions sont réunies pour inverser le rapport de forces et pour gagner le retrait de la loi travail : comme en mai-juin 1936, en mai 1968 ou à l’automne 1995, le blocage du pays par la grève générale est à portée de mains si les assemblées générales sur les lieux de travail décident de la grève reconductible.

L’alternative à la loi travail, c’est un code du travail qui retrouve sa fonction de protection du monde du travail face à la pression patronale, c’est la réduction massive du temps de travail à 32h par semaine, sans baisse de salaire et avec embauches correspondantes : du temps pour vivre, du travail pour toutes et tous, dans la continuité de l’histoire du mouvement ouvrier.

Reprenons confiance et espoir, toutes et tous ensemble, debout, nous pouvons gagner !

Réussir le 28 avril et ses suites, jusqu’au retrait du projet de loi « travail »

Share

Depuis début mars 2016, des centaines de milliers de jeunes, de salarié-es en CDI ou précaires, de retraité-es descendent dans la rue ou sur les places, en manifestation ou lors de Nuit debout. Avec le soutien de la majorité de la population, les deux tiers des personnes interrogées se prononçant pour le retrait du projet de loi « travail », qui remet en cause des décennies de conquêtes sociales. 28 avril, 1er Mai… Multiplions les manifestations et les grèves, jusqu’au retrait. Lire la suite