Grèce/Europe : Impasses et questions stratégiques – Contretemps n°29 – avril 2016

Share

Par Bruno Della Sudda, Arthur Leduc, Richard Neuville*

Cet Article a été publié dans la revue ContreTemps n°29, avril 2016, p.128-137.

Á l’aune du désastre du 13 juillet et des résultats électoraux du 20 septembre, était-il justifié de tant espérer après la retentissante victoire électorale de Syriza en janvier 2015 ? Pour nous, c’est oui.

Et si l’on doit retenir un seul élément de justification d’une telle réponse, c’est bien la victoire éclatante du Non au référendum du 5 juillet, qui avait suscité mépris et effroi parmi les élites des pays membres de l’UE. Lire la suite

Contre l’austérité en Europe, comprendre et préparer les prochaines batailles

Share

CLR_etoilesDéclaration de l’Équipe d’Animation National d’Ensemble !

La victoire de Syriza le 25 janvier dernier, le bras de fer engagé pendant plusieurs mois face aux gouvernements de l’Union Européenne pour en finir avec l’austérité et enfin le succès du « Non » au référendum début juillet 2015 ont suscité un formidable espoir dans toute l’Europe. Le 13 juillet dernier, dans un contexte d’asphyxie financière et face au chantage d’une violence inédite organisés par les créanciers, les institutions et les autres gouvernements européens, le gouvernement grec a accepté sous la contrainte un 3ème mémorandum. Ce qui a signifié une défaite majeure. Lire la suite

Grèce – « Aucune illusion sur le carcan de l’euro » – Stathis Kouvelakis

Share

stathis-kouvelakis-009Membre de la direction d’Unité populaire, Stathis Kouvelakis détaille, pour l’Humanité, les grands axes programmatiques du parti créé par les dissidents de Syriza en vue des élections de septembre.

Athènes (Grèce), envoyé spécial. 

Quel est le point de non-retour au sein de Syriza qui vous conduit aujourd’hui à créer un nouveau parti, Unité populaire ?

Stathis Kouvelakis. C’est à la signature de l’accord du 13 juillet. Lire la suite

Rapport Préliminaire de la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque

Share

arton12020-1f28f

Une crise humanitaire d’une rare violence dans l’Europe de l’après-seconde guerre mondiale, tel est le bilan du FMI, de la BCE, de la Commission européenne et des gouvernements des États de la zone euro qui étranglent la Grèce en lui imposant la poursuite des politiques néolibérales et en exigeant le remboursement d’une dette colossale.

Or cette dette est tout à la fois illégale, illégitime, odieuse et insoutenable. Telle est la scandaleuse réalité que révèle en pleine lumière le Rapport préliminaire de la Commission pour la Vérité sur la Dette publique grecque au terme d’une analyse sourcée, implacable et incontestable.

Lire la suite

Grèce. Réflexions après la défaite – Alexis Cukier

Share

victoire-tsipras-athenes_5194455Les six premiers mois du gouvernement conduit par Syriza ont constitué une séquence politique d’une importance décisive pour l’avenir de la Grèce et des gauches radicales européennes. Le résultat est manifeste : le gouvernement d’Alexis Tsipras a échoué à amorcer la mise en œuvre d’une politique alternative à l’austérité et au néolibéralisme. Il a capitulé devant la stratégie de diktat politique et d’asphyxie économique des institutions européennes en acceptant un troisième mémorandum dont les conséquences économiques (par exemple la hausse de la TVA) et politiques (notamment le retour de la Troïka à Athènes) désastreuses sont déjà tangibles. Lire la suite

En défense de l’OXI grec, pour une Europe des droits sociaux et démocratiques – Catherine Samary

Share

map-europeQuelles leçons tirer, dans les pays membres de l’Union Européenne(UE) et au-delà, de ce qu’il faut bien appeler et dénoncer comme une  “occupation financière de la Grèce” [1] ? Comme l’affirme avec force Stathis Kouvélakis, l’OXI, ce magnifique “non” du référendum grec, “n’est pas vaincu”. Mais la stratégie de la direction de Syriza – ne pas se confronter à l’UE en espérant un compromis “positif” pour tout le monde – est un échec. Ce n’est rien face au  découragement que produirait  une “mutation mémorandaire” de Syriza – encore non fatale et enjeu des semaines et mois à venir. Sur ce plan, la vraie question  n’est pas le Grexit ou pas, mais le pouvoir (avec ou sans l’euro), avec qui, pour quoi faire ? Lire la suite

La « bonne drachme » ? Modeste contribution au débat sur la Grèce – Michel Husson

Share

drachmeLa reddition du gouvernement Tsipras face aux diktats de la troïka est une défaite douloureuse pour tous les partisans d’une alternative à l’austérité néo-libérale en Europe. On peut rappeler brièvement, et un peu dans le désordre, les raisons de cette défaite: sous-estimation de la violence des «institutions», ce mélange de fanatisme économique et de volonté politique de briser une alternative; absence de préparation des éléments matériels d’une rupture passant notamment par une suspension unilatérale des paiements de la dette; non-construction du rapport de force idéologique interne nécessaire pour cette rupture; incapacité à assumer le non au référendum en faisant adopter, dans une logique d’union nationale, les mesures que le gouvernement avait demandé aux citoyens de rejeter; absence de relais politique d’autres gouvernements et faiblesse du soutien du mouvement social. Lire la suite

Prendre la mesure du tournant historique – Clémentine Autain

Share

autanLa tentative de Syriza pour imposer une alternative aux institutions européennes a connu une issue sinistre. Mais elle peut être un commencement, à condition de durcir le rapport de forces, et de préparer l’affrontement – mais aussi un plan B en cas d’impasse. Lire la suite

Communiqué d’Ensemble ! – Avec les Grec-que-s, contre l’Europe austéritaire et anti-démocratique

Share

CLR_etoilesLa déclaration du sommet de la zone euro impose au peuple grec des mesures aggravant l’austérité qu’il subit et piétinant sa souveraineté nationale. Nous la jugeons proprement scandaleuse. C’est l’illustration du caractère autoritaire et brutal des institutions européennes et de leurs dirigeants. Nous dénonçons les méthodes iniques employées par ces derniers, notamment l’asphyxie financière d’un peuple grec déjà exsangue, afin d’arracher cet accord au gouvernement Tsipras. Lire la suite